Mathilde Lhorca, l’esprit cévenol

17 août 2018

Actualités

Portrait : Elle réalise un projet au cœur des Cévennes et souhaite mieux le développer.

« Les grands esprits ne se rencontrent pas ! Les grands esprits sont solitaires » (Dooz Kawa), c’est l’une des citations fétiches de Mathilde Lhorca, 21 ans. La main tendu sur un ciel limpide où moutonnent les Cévennes verdoyantes à perte de vue, Mathilde a le sourire gourmand des gosses aux rêves illuminés. Les pieds bien ancrés en Hautes Cévennes, un bout du monde paradisiaque, mais l’esprit de Mathilde est actuellement occupé par un projet bien précis : celui de vivre et de rester au pays !

Mathilde Lhorca

Mathilde Lhorca

« Mon monde à moi s’arrête aux animaux, à la montagne, aux Cévennes tout simplement…« , s’émerveille Mathilde Lhorca, en ajoutant « On vit dans un monde aujourd’hui de plus en plus en manque de repère et la passion pour ce projet me permet de mieux comprendre mes racines, ma raison d’être et de vivre« .

Les Cévennes sont un endroit idéal pour réaliser ce projet, entouré d’arbres, de ruisseaux et de terre nourricière. « Et pour retourner à l’essentiel« , précise Mathilde pensive quant à l’avenir de ces montagnes dont elle est tant amoureuse.

Se développer un petit peu plus..
Un projet progressif, à taille humaine
Avec un indécrottable optimisme, Mathilde souhaite avec son action (un peu comme la part du Colibri de Pierre Rabhi), participer à sa manière à la renaissance du terroir cévenol, en y installant, de manière progressive, sur des terres cévenoles, des animaux de vieilles races (chèvres, lapins, poules mais aussi escargots et pigeons).

Ce sont des chèvres...

Ce sont des chèvres…

A la recherche de nouvelles terres autour d’Aujac
Des animaux, pas seulement ! Aujourd’hui, elle pense trouver autour d’Aujac (canton de Génolhac), de nouvelles terres pour accueillir des jardins permettant de faire revivre ainsi notre terroir enseveli (maraîchage, plantes aromatiques et médicinales, mise en place de vieilles semences…).

Le temps continu et il faut faire davantage. Se jeter dans les légumes par exemple en proposant des circuits courts avec d’anciennes variétés et naturels bien-sur.
« Maintenir ce qu’il reste et faire avec ce que l’on a« , c’est aussi dans les principes de Mathilde Lhorca. Car ici, on se contente du mieux et on utilise au mieux les potentialités des lieux. Alors la jeune Mathilde, aidé par ses parents et de son frère Mathias 23 ans, polyvalents et tous aussi agiles de leurs mains, ont décidé de se mettre du pain sur la planche ! Se développer un petit peu plus. Quand la passion l’emporte sur le travail…

Aux dernières nouvelles, elle effectue une formation « soigneur équin » pour ensuite devenir « palefrenier » (soins des chevaux et de leur environnement) et une cagnotte participative a été récemment ouverte sur le site internet leetchi.com pour l’aider (Aidons les enfants à vivre au pays… : https://www.leetchi.com/c/famu0207). On peut y participer à partir de 1 euro seulement, ce qui permettra que demain les rêves de Mathilde Lhorca continuent à s’illuminer.

Pour tout renseignement : Mathilde Lhorca, tél. : 06 73 99 89 20.

Texte : Frédéric Dussaud.

À propos de cevennes

Association Les Amis du Château de Brisis c/o Frédéric Dussaud Les Champs 30450 Aujac Tél : 07 77 05 66 83 Email : chantierlasogne@hotmail.fr

Voir tous les articles de cevennes

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

ENSEMBLE ET DROIT |
Faut-il considérer internet... |
Le blogue a Voliere |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Centenaire de l'Ecole Privé...
| stoumbourse
| sam1blog